L’hébergement temporaire permet à une personne âgée en situation de handicap ou en perte d’autonomie de bénéficier d’un hébergement et d’un accompagnement adapté sur une ou plusieurs semaines, ponctuellement ou plusieurs fois dans l’année.

Il est possible de prolonger la vie au domicile d’une personne âgée notamment en préservant l’aidant d’un trop grand état de fatigue, en lui permettant de se reposer, de se soigner si nécessaire, de prendre un temps de répit.

C’est donc un accueil qui peut être organisé une fois dans l’année ou de manière régulière et représenter une réponse ponctuelle à un besoin de disponibilité, de repos, de soins de l’aidant, ou offrir une vie en alternance entre le domicile et un établissement qui devient progressivement familier pour l’aidé.

Toute personne en situation de handicap ou en perte d’autonomie peut légalement bénéficier d’un séjour temporaire sur une durée maximale de 90 jours par an.

 

Deux objectifs principaux

 

  • L’hébergement temporaire se situe sur le versant du soutien à domicile et n’est pas une solution d’attente pour une installation définitive, même si celui-ci peut parfois conduire à une entrée. Le lien avec le domicile (avant et après le séjour), dans toutes ses composantes doit ainsi être maintenu (lien avec les professionnels du domicile mais aussi avec le ou les aidants) afin que ce temps de répit ne soit pas une rupture trop importante dans le parcours de la personne fragilisée ou de ses proches.

 

  • Contrairement à l’hébergement permanent pour lequel l’équipe professionnelle propose un accompagnement sur des projets au long court dans la structure, l’hébergement temporaire propose un accompagnement ponctuel parfois à court terme, souple et adapté au rythme du domicile (et non au rythme de la structure d’accueil). Cette réalité nécessite une large interaction avec l’environnement extérieur et une grande réactivité des équipes.

 

Le public concerné

 

L’hébergement temporaire s’adresse aux personnes âgées autonomes ou non, atteintes d’un handicap et/ou atteinte d’une maladie neurologique, dont le maintien à domicile est momentanément compromis du fait d’une situation de crise : isolement, absence des aidants, départ en vacances de la famille, travaux dans le logement… Il peut également servir de transition avant le retour à domicile après une hospitalisation.

 

Il est également un relais ponctuel permettant à l’aidant de prendre du temps pour lui de façon plus ou moins régulière, cet étayage favorisant son bien-être et ainsi sa capacité à prendre soin de son proche, le plus longtemps possible.

 

Conditions d’admission

 

L’hébergement temporaire n’est pas un accueil d’urgence et ne peut ainsi accueillir une personne qui n’aurait pas fourni au préalable les informations sociales et médicales utiles. La notion d’information partagée prend tout son sens dans cette démarche qui exige une disponibilité immédiate des professionnels sans les inconvénients administratifs.

 

Une demande accompagnée d’un dossier complet doit être déposée par le résident (ou sa famille) avec l’accord de ce dernier.

 

Le dossier sera ensuite étudié par l’infirmière coordinatrice, le médecin coordonnateur et/ou le directeur d’établissement ainsi que le psychologue, dans le cadre de la Commission d’admission.

 

Une continuité est recherchée dans l’accompagnement des familles dans la mesure où des liens étroits sont vivement recherchés avec les partenaires du domicile lorsque la famille bénéficie déjà d’un accompagnement de ce type.

 

Les logements dédiés à l’hébergement temporaire

 

Notre résidence dispose de 6 logements meublés de 23 m2, composés :

  • D’une entrée
  • D’une salle d’eau avec WC entièrement équipée et accessible
  • D’une chambre meublée, décorée et équipée du téléphone, de la télévision et d’internet

 

S’il est marqué, le linge peut-être entretenu par l’établissement.

 

Le prix de journée comprend :

  • Les frais d’hébergement, les soins d’hygiène et infirmiers
  • Les 3 repas, le goûter et une collation la nuit si besoin
  • L’entretien du linge hôtelier et personnel
  • Les activités occupationnelles et de vie social

Les frais de téléphone sont en plus

Partager cette page sur :